Parution : 12 janvier 2012
Madagascar : main basse sur les terres

Dans de nombreux pays, l’accaparement de vastes territoires se poursuit et s’amplifie. Par des gouvernements étrangers désireux d’assurer leur propre production alimentaire à moindre coût, par les sociétés agroalimentaires et les investisseurs privés attirés par de nouvelles sources de profits dans un contexte de crise financière. Appuyé par l’arme de la corruption, le transfert massif de terres et ses effets dévastateurs touche de plein fouet les familles malgaches qui subissent pressions, menaces et intimidations.

L’accaparement des terres à grande échelle n’est pas chose nouvelle depuis la « découverte » de l’Amérique par Christophe Colomb. L’expulsion des Maoris en Nouvelle Zélande ou des Zoulous en Afrique du Sud, celle des Palestiniens, la main-mise par les colons sur les terres algériennes
les plus riches et les plus fertiles, sont autant d’exemples à mettre sur le compte de l’avidité et de la brutalité de la puissance occupante. Gigantesque retournement après la périodes des indépendances, un néo-colonialisme foncier n’a cessé de s’amplifier depuis les années 1990, en particulier depuis la hausse des prix des denrées alimentaires en 2008 et la crise du système financier international. Pays possédant des liquidités mais subissant des contraintes en terres et en eau, céréaliers à la recherche de nouvelles stratégies de croissance, banques qui ont abandonné les marchés dérivés complètement effondrés, fonds de pension américains et européens se ruent sur les terres agricoles des
pays du Sud. Il n’est plus question d’activités internationales classiques, d’investissement dans telle ou telle usine par exemple, mais d’un véritable contrôle des terres agricoles et des richesses
naturelles, d’une nouvelle forme d’invasion territoriale. Expulsés, sans consultation ni dédommagement réel, les petits producteurs entrent dans le cycle d’une vie précaire, rejoignent les bidonvilles des grandes villes ou deviennent ouvriers agricoles sur leurs propres terres. [...]

Découvrez l’ensemble de cet article dans le numéro 1 des Zindigné(e)s

- Dans la rubrique: INTERNATIONAL
article jeune